NOUS NE VIVONS PAS QU'EN NATURE NOUS SOMMES LA NATURE

Article

Supplémentation d’alternative naturelle à la choline : mythe ou réalité ?

Par: Hamilton Ida y Sandra Olivera.


 

La choline est reconnue pour son importance nutritionnelle depuis les années 1930, et la supplémentation en choline dans l’alimentation des animaux d’élevage est très courante, en particulier pour les animaux monogastriques. Le rôle de la choline dans la prévention de problèmes hépatiques chez les poulets de chair est bien connu et sa supplémentation à des niveaux adéquats dans l’alimentation est essentielle, en particulier lors de certaines phases de production et sous certaines conditions de production.

Depuis quelques années, la supplémentation en choline naturelle à partir de produits issus de plantes (Natu-B4®) est devenue une alternative au chlorure de choline, l’ingrédient de référence utilisé en élevage. L’utilisation d’alternative naturelle dans l’alimentation des volailles et des porcs s’est fortement développée dans des marchés productifs tels que le Brésil, le Mexique, le Pérou et le Chili entre autres. Aujourd’hui, cette solution naturelle possède une part de marché significative en Amérique Latine et son utilisation se généralise également en Europe.

Cet article propose une analyse des bénéfices de la généralisation de l’utilisation d’alternative naturelle au chlorure de choline en nutrition animale.

La choline et ses différentes fonctions

La choline est un nutriment dont l’action est semblable à celle des vitamines. Cependant, dans des conditions données, sa synthèse endogène n’est pas suffisante pour satisfaire les besoins productifs des animaux. Par exemple, les poussins jusqu’à la 3ème semaine de vie ne sont pas capables de synthétiser la choline pour répondre à leurs besoins métaboliques.

Des processus métaboliques importants dépendent de la choline, et impliquent :

  • La synthèse de phospholipides qui composent les membranes cellulaires ;
  • Le précurseur du neurotransmetteur acétylcholine ;
  • Le donneur de groupements méthyls dans le métabolisme de la méthionine ;
  • Le métabolisme des graisses dans le foie ;

 

Choline

La choline est présente dans les matières premières utilisées habituellement dans la formulation des aliments pour animaux, cependant sa concentration et sa disponibilité y sont très variables. C’est pour cela, que les responsables de formulation d’aliments pour animaux ont recours à la supplémentation en choline afin de couvrir les besoins spécifiques des animaux et de garantir une production optimale. Le chlorure de choline est la forme de choline la plus couramment utilisée.

Le chlorure de choline est synthétisé chimiquement par une réaction entre la triméthylamine (synthétisée à partir du méthanol et de l’ammonium), l’acide chlorydrique et l’oxyde d’éthylène. Le coût du chlorure de choline dans la formulation est relativement faible, comparé à d’autres vitamines. Cependant, il existe différents inconvénients, tant nutritionnels qu’opérationnels, associés à ce produit :

  • Seul 1/3 de la choline est absorbé ; les deux autres tiers sont transformés en triméthylamine (TMA) durant la digestion par la flore intestinale ; la TMA est absorbée et peut affecter négativement le métabolisme hépatique des volailles ; elle peut aussi être associée à une odeur de poisson dans les œufs ;
  • La concentration en choline est faible (en général, 60% solide ou 75% liquide), ce qui requiert de fortes doses d’inclusion et donc plus de volume dans la formule.
  • Le chlorure de choline apporte du chlore, ce dont il faut tenir compte au moment de réaliser le bilan électrolytique, puisque l’excès de chlore dans l’alimentation est par exemple associé à l’acidose métabolique, qui prédispose les volailles à des maladies métaboliques telles que la dyschondroplasie tibiale (dès la phase initiale) et le syndrome ascitique ;
  • Le chlorure de choline étant hygroscopique et corrosif – en plus d’être instable et difficile à manier, il augmente l’humidité et provoque la destruction d’autres vitamines et pigments dans les prémélanges et les aliments.

 


 

L’alternative naturelle à la choline,  Natu-B4®, est un mélange de différentes plantes : Trachyspermum ammi, Azadichara indica et Achyranthes aspera (entre autres), reconnues dans la médecine ayurvédique. Ce produit se présentant sous forme de poudre n’est pas hygroscopique et  est thermostable. Il peut être incorporé  dans des prémélanges ou dans des aliments extrudés ou granulés.

L’association de plantes Natu-B4® contient de la phosphatidylcholine et d’autres phospholipides, de l’inositolde la phosphatidylétanolamine et de la phosphatidylsérine, molécules importantes pour le métabolisme. Les essais expérimentaux et l’utilisation en conditions réelles d’élevage de ce substitut naturel de choline, prouvent que ce produit peut remplacer totalement le chlorure de choline sans diminuer les performances de production. Différents niveaux de substitution ont été testé et il a été démontréque l’inclusion recommandée se situe entre 1/4 et 1/5 de la dose de chlorure de choline, ceci garantissant un retour sur investissement positif

 

La phosphatidylcholine et les actifs composant les différentes plantes agissent comme agonistes des PPARα (Récépteurs Activés par les Proliférateurs de Peroxysomes Alfa), protéines réceptrices nucléaires qui agissent dans la transcription. Les PPARα régulent l’expression de gènes impliqués, entre autres, dans la bêta oxydation d’acides gras et dans la régulation de l’homéostase énergétique

Il a été démontré que les PPARα sont présents tant dans l’intestin que dans le foie, ce qui indique que le substitut naturel de choline (phosphatidylcholine) commence à agir dans les entérocytes puis dans le foie, optimisant ainsi l’utilisation de nutriments et améliorant la conversion alimentaire et d’autres paramètres productifs.

 

 


 

Voici quelques résultats d’études sur la supplémentation en Natu-B4®:

 

Poulets de chair
  • Il a été démontré que 1 kg de Natu-B4® équivaut à 4,8 kg de chlorure de choline 60% Dans plusieurs études expérimentales et en conditions réelles, l’alternative naturelle à la choline a présenté des résultats équivalents ou supérieurs au chlorure de choline que ce soit en termes de performances zootechniques mais aussi de suivi des paramètres hépatiques.

 

Poules pondeuses
  • Les poules en stade avancé de ponte (75 semaines) supplémentées en choline végétale présentent un taux de ponte plus élevé, des œufs plus lourds et une meilleure conversion alimentaire que celles supplémentées en chlorure de choline.

 

Porcs
  • Chez les porcelets en post sevrage, les animaux alimentés avec de la choline végétale ont un meilleur gain de poids quotidien, une meilleure conversion alimentaire et un poids final plus élevé par rapport à ceux alimentés avec du chlorure de choline.

 

Ruminants
  • Chez les agneaux, la choline végétale a présenté des résultats semblables à ceux de la choline by-pass quant à la prise de poids quotidienne et au poids final.
  • Les brebis laitières supplémentées avec l’alternative naturelle ont présenté un poids plus élevé à 30 jours de lactation, un lait de meilleure qualité (acide oléique) et la même production de lait. Leurs agneaux présentaient la même prise de poids, que celles supplémentées en choline by-pass.

Les nouveaux résultats obtenus dans les élevages d’animaux monogastriques ainsi que les études sur des ruminants confirment que l’utilisation de ce produit naturel, Natu-B4®, représente une alternative économique au produit synthétique, le chlorure de choline.

Abonnez-vous
à notre newsletter

Pour recevoir des nouvelles, enregistrez votre email à côté.